Déclaration de Carol Jolin en réaction à l’annonce de l’accord Canada-Ontario sur l’immigration

Ottawa, le 24 novembre 2017 – « L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) accueille avec prudence l’Accord Canada-Ontario sur l’immigration annoncée ce matin. Nous félicitons les gouvernements fédéral et provincial pour leur engagement à accroître l’immigration dans notre province,  une opportunité d’atteindre les cibles gouvernementales en immigration francophone.

Cependant, l’AFO souhaitait que l’annexe francophone soit adoptée en même temps. Même si l’AFO a bon espoir que celle-ci verra le jour dans un avenir proche, il est dommage de constater qu’encore une fois, les enjeux francophones sont laissés à une date ultérieure.

En termes de contenu , la communauté franco-ontarienne souhaite y retrouver les recommandations en matière d’immigration francophone qu’elle a émises dans le Livre blanc sur l’immigration francophone en Ontario, d’autant qu’elle a pu les exprimer au comité aviseur du ministère des Affaires civiques et de l’Immigration. Il en va de même pour les conclusions du groupes d’expert.e.s qui s’étaient prononcés, en 2016, sur des stratégies pour accroître l’immigration francophone dans la province et ainsi, atteindre voire dépasser la cible provinciale.

L’annexe francophone doit, entre autres, servir de base à une stratégie de recrutement et d’intégration des immigrant.e.s d’expression française beaucoup plus forte.

« La vitalité de notre communauté en contexte minoritaire dépend grandement de l’immigration francophone. Si les gouvernements avaient atteint leurs cibles depuis 2012, la baisse de notre poids démographique aurait été très faible. Il est temps que l’Ontario et le Canada adoptent des politiques qui démontrent explicitement leur volonté à recruter et à accepter un plus grand nombre de personnes parlant le français », a déclaré Carol Jolin, président de l’AFO.