Lettre d'opinion – Une modernisation qui se fait attendre

Ottawa, le 23 octobre 2017

À la suite de la publication, le 11 octobre dernier, des résultats du sondage que l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) a mené cet été sur la refonte de la Loi sur les services en français (LSF), je tiens à rappeler l’importance et l’urgence pour les francophones que le gouvernement de l’Ontario révise cette législation.

En effet, cette Loi – qui a maintenant 30 ans – n’est plus adaptée aux réalités du XXIème siècle. La ministre des Affaires francophones, Marie-France Lalonde, l’a reconnu et avait promis, en novembre 2016, de passer à l’action pour la moderniser. À moins d’un an des élections provinciales, les Franco-Ontarien.ne.s s’attendent à ce que ce travail s’enclenche rapidement.

Le sondage réalisé par l’AFO a mis en lumière trois grandes priorités pour la communauté francophone : désigner l’ensemble de la province sous la Loi sur les services en français, accroître l’offre active et offrir plus de services de santé en français. Lors de la refonte de la Loi, le gouvernement de l’Ontario ne pourra ignorer les souhaits des francophones. Cette modernisation doit être pensée non seulement pour les francophones, mais également par eux.

Le sujet sera d’ailleurs un des ateliers offerts dans le cadre de notre Congrès en fin de semaine prochaine à la Cité collégiale à Ottawa. Les conclusions de ces échanges, ainsi que les résultats détaillés du sondage, seront transmis aux élu.e.s ontarien.ne.s pour faire de la refonte une priorité.

Nous sommes confiants que les parlementaires auront à coeur de faire avancer ce dossiers important. Nous espérons que les prochains mois nous réservent encore de belles surprises.

Carol Jolin
Président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario