« Nous sommes prêts à tout pour défendre nos droits! »

Ottawa, le 1er décembre 2018 – L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) est émue aujourd’hui en voyant la force, la cohésion, la détermination et l’indignation des Ontariennes et des Ontariens. Plus de 14 326 personnes sont sorties, partout en province, pour s’opposer à l’injustice des coupes annoncées par le gouvernement provincial visant la suppression de l’Université de l’Ontario français et du Commissariat aux services en français. Il y a même eu 9 manifestations de solidarité aux Franco-Ontariens dans les autres provinces canadiennes.

Comme ils l’ont fait pour lutter contre le Règlement 17 interdisant l’enseignement en français dans les écoles de l’Ontario, et pour sauver l’Hôpital Montfort, les Franco-Ontariennes et les Franco-Ontariens sont montés aux barricades pour résister aux coupes du gouvernement Ford. Ils se sont mobilisés pour assurer le respect de leurs droits linguistiques.

« Monsieur Ford, ne traitez pas la francophonie ontarienne comme un boulet ! », a clamé Carol Jolin, président de l’AFO, en s’adressant à un groupe de 5 000 personnes rassemblées devant le monument aux droits humains à Ottawa. « Nous ne répondrons pas par la bouche de nos canons, comme le disait Frontenac, mais nous répondrons, s’il le faut, par la bouche des tribunaux, par la bouche des 742 000 francophones de l’Ontario, par la bouche de nos alliés fédéraux, provinciaux et locaux et par la bouche des milliers de personnes rassemblées partout en Ontario et au pays. Nous résisterons ! » a-t-il ajouté.

Dignitaires, politiciens, leaders communautaires et artistes ont pris la parole dans plus de 40 points de rassemblement pour affirmer que le Canada a deux langues officielles, et que, comme communauté de langue officielle, les Franco-Ontariens doivent être traités de façon égalitaire. Certains ont souligné que la communauté francophone a toujours eu à se défendre et elle continuera à se battre pour faire respecter ses droits, faire reconnaître son statut et préserver ses acquis.

Selon Carol Jolin, le premier ministre de l’Ontario manifeste un manque flagrant de respect en insistant d’abolir deux institutions vitales à la survie de la langue française en Ontario: « Nous n’accepterons pas d’arguments budgétaires sans fondements – et sans vision d’avenir – pour nous retirer nos institutions », affirme-t-il.

Des gestes de solidarité nationale sont posés par de nombreux citoyens du Canada. Les dons affluent d’un océan à l’autre. Jusqu’à présent, le mouvement de La Résistance de l’AFO aux coupes du gouvernement de l’Ontario a pu recueillir plus de 55 000$ pour financer sa campagne pour sauvegarder l’Université de l’Ontario français et le Commissariat aux services en français. 15 370 personnes se sont ralliées à la cause en devenant membres de La Résistance.

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) est l’organisme rassembleur et la voix politique de la francophonie de l’Ontario. Elle a pour mandat de concerter la collectivité francophone de la province et agit comme porte-parole, entre autres, pour revendiquer les droits des 742 000 Franco-Ontariennes et Franco-Ontariens.