Nouvelle université de langue française : des candidatures de qualité pour un conseil des gouverneurs transitoire

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour diffusion immédiate

Ottawa, le 8 juin 2016 – Le Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO), la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO) et l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (l’Assemblée) remettent aujourd’hui au gouvernement de l’Ontario une liste de personnes intéressées à siéger à un éventuel conseil des gouverneurs transitoire pour le projet de création d’une nouvelle université de langue française en Ontario.

À la suite de l’appel de mise en candidature lancé par les organismes en avril dernier, 40 personnes ont signalé leur intérêt de contribuer à un tel groupe d’expert.e.s qui serait chargé de la mise en place d’une institution de langue française qui répondra aux besoins de la communauté franco-ontarienne d’ici les 36 prochains mois. Cette liste contient les noms de personnes issues de toutes les régions de l’Ontario et représentant plusieurs expertises, dont la recherche et l’enseignement universitaire, l’administration et la gouvernance postsecondaire, le développement communautaire, l’éducation, les arts et la culture, l’immigration et les minorités raciales et ethnoculturelles, de même que la jeunesse et les étudiant.e.s. Pour les organismes partenaires, il est indispensable que le gouvernement de l’Ontario prenne acte de cette liste de candidatures d’expert.e.s de la communauté et que le projet de nouvelle université de langue française se concrétise au plus vite.

Une demande officielle à la première ministre Wynne a été déposée depuis février 2015 pour qu’une université de langue française provinciale soit créée et, à ce jour, la communauté est toujours en attente alors même que ce dossier a été défini comme priorité dans le Plan stratégique communautaire de l’Ontario français. La mobilisation ne fait que s’accroître en faveur de cette nouvelle institution qui se veut être un projet rassembleur donnant à notre communauté les moyens de pouvoir se construire, réfléchir, évoluer et s’épanouir en français au quotidien.

« Depuis les 17 derniers mois, le gouvernement est resté silencieux quant à la demande de la communauté d’avoir accès à une université de langue française gérée par et pour les francophones de l’Ontario. Comme l’a démontré notre appel de candidatures, de nombreux experts et expertes de tous les domaines sont intéressés et prêts à contribuer à l’avancement de ce grand projet de société. Il ne manque donc qu’un engagement ferme de la part de la province pour que nous puissions aller de l’avant. », explique Geneviève Borris, coprésidente du RÉFO.

« La jeunesse franco-ontarienne est toujours en attente d’un engagement clair de la part du gouvernement envers la création d’une université gérée par et pour les francophones. Lors de la 40e Assemblée générale annuelle de la FESFO qui a eu lieu il y a quelques semaines, nos membres ont réitéré l’importance et l’urgence d’agir à l’égard de ce dossier. Il est temps que nos dirigeantes et dirigeants fassent avancer ce projet qui assurera la pérennité de nos communautés ! », affirme Jérémie J. Spadafora, président de la FESFO.

« La liste de candidatures que nous remettons aujourd’hui au gouvernement est un signal clair qui démontre que notre communauté est prête à donner suite au projet de création d’une nouvelle université de langue française. Il est urgent que le gouvernement réagisse et que les prochaines étapes de la mise en place d’une telle institution soient clairement établies pour que notre communauté puisse enfin bénéficier d’un lieu de recherche et de formation qui lui appartient. », souligne Denis Vaillancourt, président de l’Assemblée.

– 30 –

RENSEIGNEMENTS :

Assemblée de la francophonie de l’Ontario (L’Assemblée)
Stéphanie Leprêtre
Agente de projets
Téléphone : (613) 744-6649, poste 131
Sans frais : 1 (866) 596-4692
slepretre@monassemblee.ca

Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO)
Alain Dupuis
Directeur général
Tél. : (613) 857-1333
dg@refo.ca

Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO)
Caroline Gélineault
Agente de communications
Tél. : (613) ou (877) 260.8055
communications@fesfo.ca

– Annexe –
Actions entreprises par les organismes depuis la demande officielle
du 10 février 2015

  • 10 février 2015 : Suite au dépôt du rapport final des États généraux sur le postsecondaire en Ontario français, l’Assemblée, le RÉFO et la FESFO formulent une demande officielle au gouvernement de l’Ontario pour la création d’une nouvelle université de langue française provinciale, avec un premier campus à Toronto.
  • 25 mai 2015 : 300 jeunes et membres de la communauté envoient une demande d’admission à l’Université franco-ontarienne au ministre Reza Moridi.
  • 26 mai 2015 : Des délégué.e.s de la communauté franco-ontarienne sont présent.e.s à Queen’s Park pour témoigner du dépôt du Projet de loi privé 104 : Loi constituant l’Université de l’Ontario français.
  • 9 septembre 2015 : À la rentrée scolaire, le nombre de jeunes et membres de la communauté ayant envoyé une demande d’admission au ministre Reza Moridi grimpe à 1 300.
  • 25 octobre 2015 : Le nouveau Plan stratégique communautaire de l’Ontario français est adopté lors du Grand rassemblement de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario. Le Plan compte notamment comme priorité la création d’une nouvelle université de langue française.
  • 3 et 4 novembre 2015 : Des représentant.e.s des trois organismes sont présent.e.s pendant deux jours à Queen’s Park et rencontrent une vingtaine de député.e.s des trois partis politiques pour les sensibiliser à la demande de la communauté pour une université de langue française gérée par et pour les francophones.
  • 20 novembre 2015 : Les trois partis politiques à Queen’s Park adoptent en deuxième lecture le Projet de loi privé 104 : Loi constituant l’Université de l’Ontario français.
  • 18 février 2016 : Une journée d’action provinciale est organisée à Queen’s Park et partout en Ontario pour presser le gouvernement d’agir envers la création d’une nouvelle université franco-ontarienne. Plus de 200 personnes se mobilisent à l’Assemblée législative de l’Ontario et un autre 8 000 jeunes organisent des actions de solidarité dans une vingtaine d’écoles secondaires de la province.
  • Hiver 2016 : Des représentant.e.s des trois organismes rencontrent des député.e.s fédéraux franco-ontariens pour les sensibiliser à l’égard du projet d’université de langue française.
  • 4 avril 2016 : Un processus de nomination est lancé par les trois organismes pour identifier des expert.e.s souhaitant siéger à un éventuel conseil des gouverneurs transitoire.
  • 22 mai 2016 : Suite aux 23es Jeux franco-ontariens, le nombre de personnes ayant envoyé une demande d’admission à l’université franco-ontarienne au ministre Moridi atteint 2 800 personnes.
  • 6 juin 2016 : La liste des personnes ayant démontré leur intérêt à siéger à un conseil des gouverneurs transitoire est remise au gouvernement de l’Ontario.