Projet de loi 57 : l’AFO « troublée » par les atteintes aux droits des francophones

Ottawa, le 6 décembre 2018 – L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario est troublée et profondément déçue de l’adoption du projet de loi 57 par l’Assemblée législative de l’Ontario. La voix des francophones de l’Ontario a été ignorée malgré des manifestations aux quatre coins de la province et des milliers d’appels aux députés provinciaux.

« Je ne peux pas croire qu’en 2018 il faille encore lutter contre un gouvernement qui s’attaque de la sorte à nos institutions. L’AFO prendra toutes les mesures nécessaires pour protéger nos droits linguistiques et mènera cette lutte avec l’appui de la communauté. Nous résisterons! », a dit le président de l’AFO, Carol Jolin.  

Le Commissariat aux services en français perdra son indépendance à partir du 1er mai 2019. Le Commissaire devra exercer ses pouvoirs « sous réserve des directives de l’ombudsman » et sera « un employé » de son bureau. Depuis 2013, le commissaire était totalement indépendant et ne rendait des comptes qu’à l’Assemblée législative.

Depuis l’adoption du projet de loi, l’AFO explore des avenues avec ses conseillers juridiques afin de permettre au commissariat de maintenir son indépendance.

Le projet de loi 57 ne comportait aucune mention se rapportant à l’université de l’Ontario français. Cependant, nous suivrons le dossier de près.

 

-30-