Une journée de reconnaissance d’une implication à l’année longue !

Ottawa, 8 mars 2021 – « Aujourd’hui est une occasion spéciale de reconnaître le travail acharné, à l’année longue, des femmes de partout à travers le monde. La journée internationale du droit des femmes est une occasion unique de reconnaître l’apport inestimable des femmes dans l’édification de nos sociétés. Les résultats de ce travail acharné sont bien visibles dans la communauté franco-ontarienne !

Rappelons-nous du rôle historique qu’elles ont joué dans la protection des droits des franco-ontarien.ne.s avec notamment des mères « gardiennes » de l’école Guigues, l’École libre de Jeanne Lajoie à l’École de la Résistance de Jeannine Séguin, le Mouvement C’est l’temps ! de Jacqueline Pelletier ou avec S.O.S. Montfort dont Gisèle Lalonde a été la figure de proue. Les femmes franco-ontariennes ont souvent été des cheffes de file et agentes de changement.

Aujourd’hui, la tendance n’a pas changé, au contraire, elle s’est bonifiée. La communauté franco-ontarienne compte une panoplie de femmes engagées, compétentes et dévouées qui s’impliquent pour la préservation et la bonification de nos acquis. Parmi celles-ci : Fété Ngira-Batware Kimpiobi, Kelly Burke, Fayza Abdallaoui, Sylvia Bernard, Ethel Côté, Nicole Fortin, Stéphanie Chouinard, Makhena Rankin-Guérin, Mélissa Ouimet, Maryse Glaude-Beaulieu, toutes les femmes du réseau ACFO et des institutions publiques et privées franco-ontariennes. La liste ne saurait être exhaustive. En tant que franco-ontarien.ne.s, nous sommes chanceux de pouvoir compter sur autant de personnes inspirantes.

Au nom de l’AFO, je vous invite à profiter de cette journée pour reconnaître le mérite d’une femme qui vous inspire, » a déclaré le président de l’AFO, Carol Jolin.