#UniversitéFO : Pour une gouvernance universitaire partout en Ontario

Communiqué de presse – Pour diffusion immédiate

Ottawa, le 1er mars 2017 – Pour souligner le deuxième anniversaire de la demande de la communauté franco-ontarienne pour la création d’une nouvelle université de langue française, l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), le Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO) et la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO) se sont réunis en conférence de presse ce matin pour réitérer l’importance que le gouvernement de l’Ontario s’engage à mettre en oeuvre une gouvernance universitaire par et pour les francophones dans l’ensemble de la province, tel que recommandé dans le rapport des États généraux sur le postsecondaire en Ontario français.

Si les trois partenaires ont exprimé leur optimisme de voir s’établir une université de langue française avec un premier campus à Toronto dans un avenir rapproché, ils ont également tendu la main aux universités existantes afin qu’elles contribuent à la réflexion sur les façons de jeter les bases d’une gouvernance universitaire francophone partout en Ontario.

« Les trois partenaires veulent que les francophones gèrent leurs programmes universitaires dans toutes les régions de l’Ontario. Nous sommes heureux de voir que le gouvernement de l’Ontario étudie sérieusement la création d’une université dans le Centre-Sud-Ouest. Par contre, qu’en est-il pour le Nord et l’Est de la province ? » – Carol Jolin, président de l’AFO.

« En créant un nouvel établissement, nous avons la rare occasion d’imaginer notre système universitaire de l’avenir. La gouvernance a fait ses preuves partout en province et nous souhaitons que les francophones de toutes les régions puissent en tirer profit. » – Geneviève Borris, coprésidente du RÉFO.

« En attendant une décision gouvernementale dans ce dossier, ce sont des milliers d’élèves qui n’ont toujours pas plus de choix d’étudier dans leur langue et qui se dirigent vers l’assimilation. Pensons à ces jeunes et retroussons nos manches pour répondre aux besoins de la prochaine génération. » – Koubra Haggar, représentante du Sud au sein de la FESFO.

Pendant la conférence de presse, les trois partenaires ont reçu l’appui de l’Association des conseils scolaires des écoles publiques de l’Ontario (ACÉPO), de l’Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques de l’Ontario (AFOCSC) ainsi que de Diane Dubois, ancienne vice-présidente du Collège Boréal et auteure du rapport Le temps d’agir !, qui demandent tous la création d’une université de langue française gérée par et pour les Franco-Ontariennes et Franco-Ontariens.

« L’obtention de la gouvernance scolaire par et pour les francophones en 1998 aura été une bouffée d’air frais pour nos conseils scolaires. Cela a eu un grand impact sur la communauté, notre programmation et l’attention portée par le gouvernement à nos besoins. Puisque les conseils scolaires outillent la prochaine génération d’universitaires, nous éprouvons le désir d’apporter notre pierre à l’édifice et de participer aux consultations sur l’université de langue française. Les douze conseils scolaires n’ont pas encore été sollicités par le gouvernement à ce sujet. » – Jean Lemay, président de l’AFOCSC.

« Nous estimons que le réseau francophone perd environ 7 000 étudiants par année vers les conseils scolaires anglophones. En prenant en considération ce fait ainsi que les changements démographiques dans la province, la création d’une université de langue française est nécessaire pour contrer l’assimilation de notre jeunesse francophone. » – Denis Chartrand, président de l’ACÉPO.

« De tous les facteurs qui influent sur le développement et l’avenir de l’éducation postsecondaire en langue française, il ne fait pas de doute que la gouvernance se classe parmi les plus importants. » – Diane Dubois, ancienne vice-présidente associée du Collège Boréal et auteure du rapport Le temps d’agir !

– 30 –

Renseignements :
Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO)
Stéphanie Leprêtre
Coordonnatrice de projets – communications
Téléphone : (613) 744-6649, poste 131
Sans frais : 1 (866) 596-4692
slepretre@monassemblee.ca

Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO)
Alain Dupuis
Directeur général
Téléphone : (613) 857-1333
dg@refo.ca

Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO)
Camille Sigouin
Agente de communication
Téléphone : (613) ou (877) 260.8055
communications@fesfo.ca