Faites un don ! Joignez-vous à la résistance !

Qui est l’AFO

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario est l’organisme rassembleur et la voix politique de la francophonie de l’Ontario.
En savoir +

Nouvelles communautaires

Événements, emplois, bénévolat, communiqués, tout se trouve dans la section Nouvelles.

VOIR LES NOUVELLES

Tables de concertation

Formulaires d’inscription pour participer à des rencontres de collaboration et des consultations sectorielles et régionales.

 

Plan stratégique communautaire

Vision 2025 – Ensemble bâtissons notre avenir, est le plan stratégique de la communauté franco-ontarienne pour les dix prochaines années.

Calendrier communautaire

Le calendrier communautaire vous permet de consulter les activités qui se passeront en français près de chez vous ou d’ajouter vos activités pour en faire la promotion.

Célébrer le 25 septembre
Consulter les guides
M’abonner à la liste d’envoi
Offres d’emploi

Devenir membre de l’AFO


L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario est un réseau de membres individuels, associatifs et institutionnels. Nos membres viennent de partout en province et représentent de nombreux secteurs.


0
Membres individuels
0
Membres associatifs
0
Membres institutionnels

Facebook

Ce matin, nous avons eu une rencontre avec l'Ombudsman de l'Ontario, Paul Dubé, et des membres de son équipe. Il nous a assuré qu'il recommandera chaudement au prochain commissaire aux services en français de conserver le mandat de proactivité de son prédécesseur. Il nous a tendu la main pour travailler avec lui. #onfr #onpoli #NousSommesNousSerons ... See MoreSee Less

View on Facebook

L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario félicite l'AFRY à l'occasion de son 25e anniversaire de fondation !

Depuis un quart de siècle, l'AFRY est un chef de file dans sa région dans l'offre de services en services en français, notamment auprès de la petite enfance et de la jeunesse. La désignation désignation de Markham en 2015 en vertu de la Loi sur les services en français fut aussi un fait saillant de l'histoire de l'AFRY.

Le 1er décembre 2018, c'est sous le leadership de l'AFRY que les francophones de la région de York ont manifesté en grand nombre pour le maintien de nos acquis (photos ci-dessous) ! #RespectFranco

À l'AFRY, l'AFO souhaite 25 autres années plein de succès !

Prenez part aux célébrations du 25e anniversaire de l'AFRY ce soir à 19h à Richmond Hill, à l'occasion de leur AGA. Tous les détails ici sont ici : afry.ca/assemblee-generale-annuelle-et-festivites-entourant-les-25-ans-de-lafry/
... See MoreSee Less

View on Facebook

Prix et distinctions dans la communauté franco-ontarienne.

Série de publications Facebook de l’Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO) qui met de l’avant des chefs de file dans la communauté franco-ontarienne qui se sont démarqué.e.s. Chaque mercredi, l'AFO vous présente une personnalité ou un organisme qui s’est récemment mérité un prix ou une distinction.

Cette semaine : François Boileau, qui a reçu l’Ordre de la Pléiade lundi.

Le 1er août 2007, le gouvernement de l’Ontario annonçait par décret gouvernemental la nomination de Me François Boileau au poste de Commissaire aux services en français, un poste nouvellement créé.

Les acteurs de la francophonie de l’Ontario de l’époque sont emballés par la nomination d’un premier commissaire aux services en français, car elle représentait une avancée considérable pour la communauté. Au milieu des années 1980, Bernard Grandmaître lui-même avait songé inclure un poste de commissaire dans son projet de loi sur les services en français (la fameuse « Loi 8 »). Le père de la Loi 8 avait cependant abandonné en raison du climat politique du moment.

En 2007, - 21 ans après l’adoption de la Loi sur les services en français (LSF) – le contexte politique avait considérablement changé. Cette fois-ci, la volonté politique était au rendez-vous. Le commissaire aux langues officielles du Canada, Graham Fraser avait salué que « l’Ontario avait fait preuve de vision dans une situation de non-crise » en créant le Commissariat aux services en français.

La présidente de l’Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO) de l’époque, Mariette Carrier-Fraser s’était dit « confiante que les recommandations de François Boileau auront un effet d’entraînement positif sur la prestation des services en français par le gouvernement de l’Ontario. »

L’historien Gaétan Gervais, lui, bien conscient du caractère historique du moment avait déclaré que « la communauté franco-ontarienne ne s’est développée que par ses institutions. La création du Commissariat aux services en français et la nomination de M. Boileau symbolisent la progression récente de l’Ontario français et constituent un jalon marquant dans l’histoire récente de la communauté franco-ontarienne. »

Au moment d’entrer officiellement en fonction le 4 septembre 2007 Me Boileau, lui était pleinement conscient du poids des générations et des espoirs fondés en lui et dans le commissariat : « ce nouveau Commissariat est une chance unique de penser autrement et d’agir différemment. » et promettait de « ne ménager aucun effort pour que le Commissariat soit le plus visible possible. » Il avait postulé pour l'emploi suite aux encouragements de Rolande Faucher, ancien présidente de l'ACFO provinciale (actuelle Assemblée de la francophonie de l'Ontario) et chef de file de l'Ontario français.

Au moment de devenir commissaire, M. Boileau a déjà une impressionnante feuille de route.

Né à Longueuil en 1966 au sud de Montréal, François Boileau consacre sa carrière aux langues officielles. Diplômé en science politique (1988) de l’Université de Montréal, il obtient sa licence en droit (LL.L.) de l’Université d’Ottawa en 1991. Il détient également un certificat en histoire (1985) de l’Université de Montréal.

François Boileau est venu une première fois à Ottawa à l'âge de 21 ans dans le cadre d'un programme d'échange d'étudiants universitaires. Il apprécie tellement la ville qu’il décide d’y faire ses études en droit dans la capitale fédérale.

Il s'est ensuite rendu au Yukon où il a travaillé pendant un été à l'Association franco-yukonaise, avant de mettre le cap sur Winnipeg, où de 1995 à 1997, il a été premier directeur général du Programme de contestation judiciaire du Canada. Dans le cadre de ses fonctions, il a élaboré les priorités stratégiques et les plans opérationnels de l’organisme en plus d’en être le porte-parole officiel auprès des médias, du gouvernement et du public. Il a aussi assuré la direction du volet des droits linguistiques.

Vivant dans la francophonie canadienne depuis plus de trente ans, M. Boileau connaît très bien la réalité quotidienne : « quand on vit dans des communautés francophones hors Québec, on apprend à se battre », avait-il déclaré au quotidien Le Droit en 2016.

Il travaille pendant cinq ans au bureau de Québec de la FCFA, mais décide de revenir à Ottawa pour de bon, dans la francophonie canadienne au début des années 2000 : « j'ai pris la décision calculée que je déménageais en Ontario et que c'était important pour moi de m'y installer. Je me sens chez moi ici, en Ontario. Et je me considère évidemment Franco-Ontarien » avait-il confié au chroniqueur Denis Gratton du journal Le Droit au moment où il était reconduit dans son fonctions de commissaire pour cinq autres années.

Pendant 10 ans, de 1993 à 2003, il a occupé plusieurs fonctions à la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA du Canada), au bureau de Québec, dont ceux de directeur, agent de liaison politique et juridique et d’avocat-conseil.

L’une de ses réalisations les plus importantes a été de représenter la FCFA en 2001 devant la Cour d’appel de l’Ontario dans la cause Montfort.

Avant de devenir commissaire aux services en français, il fut aussi conseiller juridique au Commissariat aux langues officielles où il a mené des causes importantes comme celles de Casimir-Solski et Gosselin devant la Cour suprême du Canada.

Nommé premier Commissaire aux services en français de l’Ontario en 2007, son mandat a été renouvelé en pour trois ans en 2009, pour cinq ans en 2012, et renouvelé à nouveau en 2016 pour cinq autres années, jusqu’en 2021.

À titre de commissaire aux services en français, M. Boileau a enquêté sur les plaintes des Franco-Ontarien.ne.s relativement aux services en français qu’ils reçoivent. Il a aussi formulé différentes recommandations clés au cours des dernières années qui ont eu un impact sur les politiques du gouvernement.

À titre d’exemple, M. Boileau révélait à l’automne dernier à ONFR qu’en raison du travail proactif du Commissariat, sous forme de rapport spécial, des entités de planification de santé en français ont été créées en 2010. L’ancienne ministre déléguée aux Affaires francophones, Madeleine Meilleur, avait mandaté Charles Beer (ministre délégué aux Affaires francophones de l’Ontario, 1989-1990) pour vérifier le travail du Commissaire sur cette question. L’ancien ministre a conclu que le Commissaire avait raison, ce qui a renforcé sa crédibilité.

Définition inclusive, offre active, les études postsecondaires en français, refonte de la Loi sur les services en français, accès aux soins de santé en français, accès à la justice en français, Ottawa ville bilingue, immigration francophone, gestion du Centre Jules-Léger : pendant plus de 10 ans, le commissaire Boileau a étudié, enquêté et recommandé sur tous les dossiers de l’heure en francophonie ontarienne afin d’en accroître son développement.

Lui qui souhait « de faire du Commissariat un outil utile pour les Franco-Ontarien.ne.s » en 2008, a rapidement réussi à faire du commissariat une institution franco-ontarienne incontournable et dynamique, respectée, écoutée et dotée d’une expertise proactive, recherchée et unique en son genre grâce à son leadership et au respect strict de ne travailler qu’au développement et au bien-être de la communauté franco-ontarienne de façon non partisane. En 2014, le Commissariat avait même obtenu son indépendance se rapportant à l’Assemblée législative de l’Ontario, à la suite de demandes répétées de M. Boileau et d’une campagne de pression populaire et communautaire de l’AFO.

En 2011, François Boileau s’est vu décerner l’Ordre du mérite de l’ Association des juristes d'expression française de l'Ontario(AJEFO). En 2015, il a reçu l’Ordre du mérite de la Section de droit civil de la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa. Me Boileau a également reçu le titre de membre honoraire du Réseau des services de santé en français de l’Est de l’Ontario en mai 2018, en reconnaissance de son engagement indéfectible envers l’amélioration des services de santé en français en Ontario. En outre, François Boileau s’est retrouvé dans le palmarès de Francopresse des 10 personnalités francophones les plus influentes au Canada en 2016.

Ironie du sort, c’est à la veille du dévoilement de son ultime rapport que François Boileau s’est vu décerner les insignes de l’Ordre de la Pléiade par l’ Section de l'Ontario de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie L’Ordre de la Pléiade récompense les mérites et les contributions des personnalités à l’épanouissement de la langue française en Ontario. Depuis 1989, 133 personnalités ont été honnoré.e.s par la section ontarienne de l’APF.

L’annonce de l’abolition Commissariat aux services en français de l'Ontario a été annoncée le 15 novembre 2018 par l’entremise de l’énoncé budgétaire du nouveau gouvernement provincial. Le principal intéressé en été informé de l’abolition du Commissariat qu’une demi-heure avant l’annonce publique. Depuis, La résistance franco-ontarienne a été lancée le rétablissement de ses acquis (avec l’ Université de l'Ontario français qui subissait ni plus ni moins le même sort que le Commissariat).

À juste titre, le Commissaire Boileau estime dans son dernier rapport annuel, déposé mardi, « qu’au regard des manifestations qui ont suivi l’annonce par le gouvernement de sa dissolution, je crois que le Commissariat, par la qualité et la justesse de ses interventions, a contribué à améliorer la qualité de vie des Francophones en Ontario dans le respect du mandat conféré par le législateur. »

Son dernier rapport, qui prend des allures de testament, tranche avec l’optimisme affiché en 2008 lors de son premier rapport annuel. Le rapport demeure néanmoins une lecture obligatoire pour tous les député.e.s a rappelé Carol Jolin, président de l’AFO.

Au final, 30 rapports annuels, rapports spéciaux et rapports d’enquête ont publiés par le Commissariat de 2008 à 2019. À cela s’ajoutent des centaines de discours, allocutions, blogues et autres publications, notamment plusieurs articles.

C’est à M. Boileau que revient le mot de la fin de cette publication Facebook. Il avait prononcé ces mots en 2013, au moment du 50e anniversaire de la création de la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme : « l’histoire des Franco-Ontariens n’a pas été synonyme de long fleuve tranquille. De fait, les gains de la communauté ont souvent été obtenus à la suite de luttes. Ce fut le cas du Règlement 17. Il faut aussi mentionner la crise scolaire de Sturgeon Falls en 1971 ou à Penetanguishene en 1979. Plus récemment, la saga de l’Hôpital Montfort nous a démontré ce qu’une communauté franco-ontarienne forte et qui se tient debout peut accomplir. »

Photo : L’honorable Ted Arnott, président de l’Assemblée législative de l’Ontario remet l’Ordre de la Pléiade à François Boileau aux côtés de France Gélinas, députée de Nickel Belt le 15 avril 2019 aux appartements de la lieutenante-gouverneure de l’Ontario.
Crédit photo : François Boileau.

Vous connaissez une personne qui s’est récemment vu décerner un prix ou une distinction et dont l'implication mérite d’être soulignée ? Envoyez-nous vos suggestions à resistance@monassemblee.ca
... See MoreSee Less

View on Facebook

Twitter

Today, we published an op-ed in @LeDroitca supporting the bill on Indigenous Languages. In solidarity with @AFN_Updates and in the spirit of reconciliation, we are voicing our support and urging Parliament to vote this bill into law. https://t.co/x3capjbN7R #frcan #cdnpoli

Lettre ouverte de la FCFA aujourd'hui dans @LeDroitca en appui à la loi sur les langues autochtones. Devoir de solidarité. https://t.co/x3capjbN7R @AFN_Updates @ITK_CanadaInuit #frcan #polcan

Ravi d'avoir l'occasion de rencontrer @MonAssemblee aujourd'hui pour discuter l'avenir des services en français et le rôle du commissaire au sein de notre bureau (PD)

Nous avons eu une rencontre avec @Ont_Ombudsman. Il nous a assuré qu'il recommandera chaudement au prochain commissaire aux services en français de conserver le mandat de proactivité de son prédécesseur et veut travailler avec la communauté #onfr #onpoli #NousSommesNousSerons

"Continuer être ce qu'ils sont, désirent d'être, de vivre en français au quotidien. Quand on est en situation minoritaire, quand on n'avance pas, on recule" lance @BoileauF @CSFontario dans un ultime message aux Franco-Ontariens. Il les remercie #onfr #onpoli

Load More...