L’AFO, votre organisme politique


L’AFO S’ENGAGE DANS 7 DOSSIERS PRIORITAIRES


  • SANTÉ

  • ÉDUCATION

  • EMPLOYABILITÉ

  • COMMUNICATIONS

  • IMMIGRATION

  • DROITS LINGUISTIQUES

  • ARTS ET CULTURE

  • ÉLECTIONS PROVINCIALES

Progression Signification
Cercle vert
Presque totalement accompli
Cercle jaune
En bonne voie
Cercle rouge
En retard
Cercle gris
Projet en attente
 
 

Ontario 2018

Cette section offre des outils de démarchages et de revendications sur des enjeux francophones en vue des élections provinciales de juin 2018. Vous trouverez la liste des candidat.e.s aux élections par circonscription, ainsi que leurs coordonnées.

Trouver votre circonscription ici

Pour voir les différents enjeux régionaux ressortis lors du bloc Ontario 2018 au Congrès 2017, veuillez consultez le document ci-contre.

Pour une santé accessible en français


La Loi sur les services en français (LSF) garantit aux francophones le droit de recevoir des services en français de la part des ministres et des organismes du gouvernement de l’Ontario situés dans l’une des vingt-six régions désignées de la province.

En juillet 2011, le Règlement 284/11 a été adopté et demande que les tierces parties offrent aussi des services en français dans les régions désignées de l’Ontario.

Neuf ans après les recommandations du Commissaire aux services en français, l’AFO observe une inégalité sur l’offre de services de santé en français dans les différentes régions de l’Ontario

Les demandes de la communauté francophone ne sont pas que de « simples » revendications identitaires, mais elles s’attaquent à l’impact direct que les variables « barrière linguistique » et « fait minoritaire » ont sur la performance globale du système de santé.

Avec votre collaboration, nous avons obtenu :

 

Pour une éducation en français « par et pour » dans l’ensemble du réseau


La poursuite des études postsecondaires en français en Ontatio est un vecteur d’épanouissement linguistique et culturelle pour la communauté franco-ontarienne.

En améliorant l’accès à des études universitaires en français – surtout dans le Centre-Sud-Ouest, le gouvernement de l’Ontario aidera grandement les étudiant.e.s à rester dans leur région, et non à s’exiler.

Toutefois, l’accessibilité aux programmes d’études en français reste limité. En effet, seulement 22% des programmes postsecondaires sont offerts en français.

Dans le Centre-Sud-Ouest, la situation est particulièrement alarmante ; seulement 35 des programmes postsecondaires sont disponibles en français.

Dans son rapport d’enquête Pas d’avenir sans accès, le Commissaire aux services en français a dénoncé cette situation et en a profité pour soumettre ses recommandations.

Avec votre collaboration, nous avons obtenu :

 

Développer le pouvoir économique des Franco-Ontarien.ne.s


En assurant l’accessibilité aux programmes d’alphabétisation et de formation de base à toute la communauté franco-ontarienne, le gouvernement provincial permet à ses membres de contribuer pleinement au développement économique, social et communautaire de la province.

Saviez-vous que l’analphabétisme touche 48% des Franco-Ontarien.ne.s.

La question de l’éducation des jeunes, comme celle des adultes, est donc une priorité pour la communauté franco-ontarienne qui y voit un prérequis à son épanouissement et à sa vitalité. On constate donc que ce fort taux d’analphabétisme est un frein à l’essor de la communauté.

Il est donc essentiel que les programmes d’alphabétisation et de formation de base soient accessibles à tous afin de permettre aux Franco-Ontariennes et aux Franco-Ontariens d’accéder à des emplois de qualité ainsi que de les créer.

En assurant l’accessibilité aux programmes d’alphabétisation et de formation de base à toute la communauté franco-ontarienne, le gouvernement provincial permet à ses membres de contribuer pleinement au développement économique, social et communautaire de la province.

Avec votre collaboration, nous avons obtenu :

  • le gouvernement du Canada a mandaté une étude sur les bienfaits du bilinguisme en Ontario.
 

Pour l’épanouissement des médias francophones de l’Ontario


En appuyant financièrement les médias communautaires franco-ontariens, les gouvernements du Canada et de l’Ontario contribueraient au développement de la communauté francophone de la province.

Pour les communautés francophones en situation minoritaire, les médias de langue française jouent un rôle primordial.

En effet, ils permettent à leurs membres de vivre, de grandir et de se développer; ils viennent aussi contribuer à la vitalité et à la pérennité de la communauté et viennent offrir des opportunités d’échanges et de discussions.

Malheureusement, nous avons observé que la situation financière de ces médias demeure très fragile et rend leur avenir incertain.

Le risque de disparition de ces médias fait planer une menace sur la survie de la communauté franco-ontarienne.

Avec votre collaboration, nous avons obtenu:

 

Pour favoriser l’immigration francophone en Ontario


le gouvernement fédéral a établi une  cible d’accueil de 4,4% d’immigrants francophones hors Québec d’ici 2023 et les provinces anglophones et bilingues se sont entendus en 2016 pour accueillir 5% d’immigrants francophones.

En Ontario, en adoptant la Loi de 2014 sur l’immigration en Ontario, le gouvernement provincial a réitéré son objectif de 2012 d’atteindre une cible de 5% en matière d’immigration francophone.

Dans son préambule, cette loi dicte la volonté du gouvernement de “permettre aux collectivités de partout en Ontario, y compris les communautés franco-ontariennes, d’attirer, d’accueillir et d’intégrer des immigrants.

Malheureusement, à l’exception d’une légère hausse en 2016, , le nombre d’immigrants francophones s’établissant en Ontario ne cessent de décliner depuis le dévoilement de la Stratégie ontarienne en matière d’immigration.

Avec votre collaboration, nous avons obtenu :

 

Pour la protection des droits linguistiques des francophones


L’appui financier aux organismes communautaires, par l’entremise du programme d’appui aux  langues officielles, est indispensable à l’épanouissement et au développement de la communauté franco-ontarienne.

Cependant, nous avons constaté que les enveloppes budgétaires n’ont pas été bonifiées depuis plus d’une décennie.

Cette situation place donc les organismes franco-ontariens dans une précarité financière conduisant inévitablement à un affaiblissement de leur capacité organisationnelle.

De plus, la Loi sur les services en français n’a jamais été modernisée en profondeur depuis son adoption, il y a plus de 30 ans. Il est grand temps de procéder à la refonte de la loi.

Avec votre collaboration, nous avons obtenu :

  • le dépôt de l’annexe 5 du projet de loi 177, Loi de 2017 pour un Ontario plus fort et plus juste (mesures budgétaires), qui reconnaît le caractère bilingue de la Ville d’Ottawa;
  • la restauration du financement de base de la Fondation Trillium de l’Ontario au niveau de 2015-2016;
  • la création du Programme d’appui à la francophonie ontarienne; et
  • la remise sur pied du Programme d’appui aux droits linguistiques.
 

Pour la survie des arts et de la culture francophone de l’Ontario


L’essor de la langue française est étroitement lié à la vitalité des arts et la culture francophones en province.

À l’époque de la parution du rapport Saint-Denis, on n’identifiait aucun organisme francophone voué exclusivement aux arts professionnels en Ontario.

La francophonie ontarienne bénéficie désormais d’un réseau de plus d’une centaine de lieux culturels francophones de calibre professionnel et d’organismes voués aux arts et à la culture.

Les progrès du secteur ont été nombreux au fil des décennies; toutefois, nous avons observé que le financement de base offert au réseau associatif francophone en arts et culture stagne depuis des années.

Avec votre collaboration, nous avons obtenu :

  • le Livre blanc sur les arts et la culture francophones en Ontario
  • une bonification de 500 millions de dollars du Conseil des arts de l’Ontario;
  • l’adoption unanime à l’Assemblée législative de l’Ontario de la chanson Notre Place comme hymne officiel des Franco-Ontarien.ne.s; et
  • un financement des gouvernements du Canada et de l’Ontario pour la construction de la Place des arts du Grand Sudbury.
 

Mémoires