Célébrons la langue et la culture française partout dans le monde !

Toronto, le 20 mars 2019 – Carol Jolin, le président de l’AFO, invite les francophones et les francophiles de l’Ontario et de partout dans le monde à célébrer la Journée internationale de la francophonie en soulignant l’importance d’assurer la vitalité et le rayonnement du français.

« Pour les communautés francophones, la fête du français n’est pas un événement d’un jour mais une réalité de tous les jours. En effet, au-delà d’un outil d’expression, la langue est vecteur de culture et d’identité, c’est un outil fédérateur qui permet de développer et de maintenir un sentiment d’appartenance au sein d’une communauté. Rien que pour ça, elle doit être célébrée !
Bonne fête donc à toutes les Franco-Ontariennes et à tous les Franco-Ontariens. Continuez à faire vivre le français avec fierté en l’apprenant, en la parlant et en la transmettant à vos enfants, car c’est ainsi qu’on réussira à la pérenniser. Bonnes célébrations également à tou.te.s nos ami.e.s francophones et francophiles de par le monde. J’en profite pour remercier, féliciter et encourager l’ensemble des organismes œuvrant au maintien et à la vitalité du français en Ontario et partout au Canada.

Aujourd’hui, débute la tournée provinciale de criées du manifeste franco-ontarien Pour un avenir fort à Toronto. Ces prochains jours, Hawkesbury, Ottawa, Hamilton, Barrie, North Bay et Sudbury suivront. Visitez notre site web monassemblee.ca pour en savoir plus !».

Carol Jolin prendra donc part à la criée à Toronto aujourd’hui ainsi qu’à celles qui suivront jusqu’à la fin du mois de mars afin de souligner l’importance du fait français en Ontario à travers une réflexion sur ses apports sociaux et économiques et sur les enjeux auxquels il fait face.

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) est l’organisme rassembleur et la voix politique de la francophonie de l’Ontario. Elle a pour mandat de concerter la collectivité francophone de la province et agit comme porte-parole, entre autres, pour revendiquer les droits des 744 000 Franco-Ontariens et Franco-Ontariennes.