Rapport annuel du Commissaire Boileau : Des recommandations justes, mais qui est à l’écoute ?

Communiqué de presse – pour diffusion immédiate

Ottawa, le 30 mai 2017 – L’Assemblée de la francophonie (AFO) accueille favorablement les nouvelles recommandations du rapport annuel du commissaire aux services en français, mais s’interroge sur la mise en oeuvre de ces dernières par le gouvernement de l’Ontario.

Me François Boileau a rendu public aujourd’hui son rapport annuel intitulé Prendre notre place dans lequel il fait le bilan des dix années d’existence du Commissariat et où il préconise dix recommandations, notamment en matière de santé, d’immigration francophone et de refonte de la Loi sur les services en français. Bien qu’il y ait eu certaines avancées depuis la création du Commissariat aux services en français, l’AFO constate que de nombreuses recommandations semblent toujours être en attente de suivis de la part du gouvernement de l’Ontario. L’AFO s’inquiète de l’immobilisme de la province face aux enjeux soulignés à plusieurs reprises par le commissaire Boileau.

« Pour la vitalité de notre communauté, il est nécessaire que le gouvernement de l’Ontario soit plus réactif et qu’il agisse rapidement pour mettre en oeuvre les recommandations du commissaire Boileau. Dans son rapport actuel, le commissaire réitère le besoin d’amorcer le chantier de la refonte de la Loi sur les services en français. Il est regrettable de constater que rien de concret n’a encore été fait dans ce dossier qui était pourtant le sujet principal du dernier rapport de Me Boileau. Notre communauté ne peut se permettre d’attendre indéfiniment un sursaut du gouvernement. Des actions doivent être prises sans plus tarder », a déclaré Carol Jolin, président de l’AFO.

Parmi les autres recommandations, l’AFO observe que trois d’entre elles concernent le domaine de la santé dans lequel l’offre active de services en français reste un défi. En matière d’immigration francophone, le commissaire souligne une fois de plus l’absence d’un plan d’action concret et l’importance de réagir, notamment en prenant en compte certaines suggestions du Livre blanc sur l’immigration francophone en Ontario publié par l’AFO en mars dernier.

« Que ce soit dans les domaines de la santé ou de l’immigration, qui sont parmi nos enjeux prioritaires, de grosses lacunes persistent et affaiblissent le développement de notre communauté. Là encore, le gouvernement doit agir et mettre en oeuvre les recommandations du commissaire afin que toutes les Franco-Ontariennes et tous les Franco-Ontariens puissent effectivement prendre leur place », a ajouté Carol Jolin.

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) est l’organisme rassembleur et la voix politique de la francophonie de l’Ontario. Elle a pour mandat de concerter la collectivité francophone de la province et agit comme porte-parole, entre autres, pour revendiquer les droits des 611 500 Franco-Ontariens et Franco-Ontariennes.

– 30 –

RENSEIGNEMENTS :
Stéphanie Leprêtre
Coordonnatrice de projets – communications
Téléphone : 613-744-6649
Sans frais : 1-866-596-4692 poste 131
slepretre@monassemblee.ca