Un recul important et un goût amer pour la francophonie ontarienne !

Toronto, le 15 novembre 2018 – L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) juge inacceptable le contenu de la mise à jour économique du gouvernement de l’Ontario dévoilé cet après-midi, dont les effets auront un impact négatif sur la communauté franco-ontarienne.

Si l’AFO acceptait que la communauté franco-ontarienne fasse sa juste part dans les efforts vers un retour à l’équilibre budgétaire, la mise au rancart du projet d’Université de l’Ontario français et le transfert des responsabilités du commissariat aux services en français vers l’Ombudsman de l’Ontario sont des efforts démesurés qui nuiront à la survie et à l’épanouissement des Franco-Ontarien.ne.s.

« On avait un engagement de M. Ford pendant la course à la chefferie du Parti progressiste-conservateur de l’Ontario, promesse renouvelée lors de la campagne électorale sur le projet d’Université de l’Ontario français. La ministre de la Formation, des Collèges et des Universités et la ministre déléguée aux Affaires francophones s’étaient formellement engagées après l’élection sur la continuation de ce projet important pour la francophonie ontarienne, surtout dans le Centre-Sud-Ouest. C’est plus que décevant que cet important engagement n’ait pas été tenu », a dit le président de l’AFO, Carol Jolin.

« Pour ce qui est du commissariat aux services en français, nous avons des craintes légitimes que le respect de Loi sur les services en français devienne de moins en moins important pour le gouvernement de l’Ontario et ses différentes agences », a ajouté M. Jolin.

L’AFO demande une rencontre d’urgence avec le premier ministre Doug Ford pour partager la position de la communauté franco-ontarienne et pour demander que ces décisions soient renversées.