Université de langue française : Appel de candidatures pour la nomination d’un conseil des gouverneurs transitoire

Ottawa, le 4 avril 2016 – Dans le cadre du projet de création d’une nouvelle université de langue française en Ontario, l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (L’Assemblée), le Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO) et la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO) lancent un appel de candidatures aux expert.e.s de la communauté franco-ontarienne qui souhaiteraient siéger à un éventuel conseil des gouverneurs transitoire, qui sera chargé de mettre sur pied cette nouvelle institution universitaire.

Suite à la publication du rapport final des États généraux sur le postsecondaire en Ontario français en février 2015, les organismes partenaires ont déposé unedemande officielle à la Première ministre Wynne pour qu’elle s’engage à créer une université de langue française provinciale, avec un premier campus à Toronto d’ici 2018. Comme première étape, les organismes proposent la nomination d’un conseil des gouverneurs transitoire, qui serait chargé de démarrer le projet.

En ce sens, les organismes sont à la recherche d’individus qui représentent six grandes régions de l’Ontario et qui possèdent des expériences soutenues dans les domaines suivants : enseignement et recherche universitaire, administration et gouvernance universitaire, affaires, économie et innovation, culture et patrimoine, développement communautaire, politique et administration publique, santé et services sociaux, éducation (secteur scolaire), jeunesse, immigration et minorités raciales et ethnoculturelles, parents et étudiant.e.s universitaires. À l’issue de la réception des candidatures, une liste de noms sera proposée au gouvernement de l’Ontario. Les personnes intéressées à collaborer à cette mission sont invitées à compléter le formulaire de demande et à le soumettre par courriel au info@refo.ca au plus tard le mercredi 4 mai 2016.

« L’Ontario français regorge d’experts et d’expertes dans tous les domaines de la société qui pourraient grandement contribuer à mettre sur pied ce projet phare de notre communauté. Par cet appel de candidatures, nous tendons la main à toutes celles et ceux qui aimeraient appuyer la construction d’une nouvelle institution du savoir en Ontario français. Lorsque le gouvernement sera prêt à agir, et nous espérons que cela ne tardera pas, nous aurons un éventail de noms à leur proposer pour la nomination d’un conseil des gouverneurs transitoire », explique Myriam Vigneault, coprésidente du RÉFO.

« Nous sommes de l’avis que la mise en place d’un conseil des gouverneurs transitoire est le mécanisme privilégié pour donner suite à la demande de la communauté déposée en février 2015 : c’est en effet ce qui a été fait pour la mise en place des conseils scolaires et des collèges de langue française dans le passé, de même que lors de la création d’une nouvelle université à Oshawa (UOIT) au début des années 2000. Par cet appel de candidatures, nous souhaitons réitérer l’urgence d’agir pour la mise en place d’une nouvelle institution universitaire de langue française. L’attente n’a que trop duré pour notre communauté qui a besoin d’un lieu de formation et de recherche qui lui appartient. », a souligné Denis Vaillancourt, président de L’Assemblée.

Depuis les derniers mois, plus de 2 700 individus de tous les âges ont démontré leur appui envers la création d’une nouvelle université franco-ontarienne en envoyant une demande d’admission symbolique aux ministres Reza Moridi et Madeleine Meilleur, ainsi qu’à la Première ministre Kathleen Wynne. La campagne de mobilisation lancée par la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO) au printemps dernier vise à permettre au public d’appuyer la création d’une nouvelle institution universitaire gérée par et pour les francophones de l’Ontario. De plus, une vingtaine d’organismes franco-ontariens ont démontré leur appui envers le mouvement en envoyant des lettres d’appui au gouvernement.

« L’appui remarquable que nous avons reçu de la part de la communauté ne fait que réaffirmer les résultats des États généraux. Une université de langue française gérée par et pour les francophones est essentielle au développement de notre peuple. À chaque année, des milliers de jeunes qui terminent leur parcours à l’école secondaire doivent prendre la décision difficile de s’exiler ou de s’assimiler pour poursuivre leurs études. Il est temps de mettre en place un plan concret pour la mise sur pied de cette institution », a déclaré Jérémie J. Spadafora, président de la FESFO.

– 30 –

RENSEIGNEMENTS :

Assemblée de la francophonie de l’Ontario (L’Assemblée)
Stéphanie Leprêtre
Agente de projets
Téléphone : 613-744-6649, poste 131
Sans frais : 1-866-596-4692
slepretre@monassemblee.ca

Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO)
Caroline Gélineault
Agente de communications
Tél. : (613) ou (877) 260.8055
communications@fesfo.ca

Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO)
Alain Dupuis
Directeur général
Tél. : 613-857-1333
dg@refo.ca